Contrat de ville : Appel à projets

Cet appel à projets s’adresse aux porteurs dont l’action bénéficie aux habitants des quartiers prioritaires de la Politique de la Ville, dans le cadre du Contrat de ville de la Communauté urbaine du Grand Reims.

Les 6 axes stratégiques de ce contrat restent inchangés (réussite éducative, cadre de vie, emploi et développement économique, santé, participation des habitants et lien social). Toutefois, au regard de l’actualité, des projets sont particulièrement attendus sur :

  • l’accompagnement vers le service public de l’emploi
  • la lutte contre les violences faites aux femmes
  • le respect du cadre de vie, de la propreté et en particulier la gestion des déchets
  • le soutien aux initiatives, portées dans les Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville (QPV) et destinées à préfigurer l’arrivée de la Coupe du Monde Féminine de la FIFA, France 2019TM
  • la prévention, la lutte contre les discriminations, ainsi que la qualification des acteurs sur cette thématique

L’appel à projets 2018 s’articule de la manière suivante :

  • des orientations générales indiquant la nature des projets attendus
  • des orientations territoriales (article 6.2) précisant les attentes spécifiques par quartier

-> Télécharger l'appel à projets 2017

Dans le cadre de cet appel, les porteurs sont invités à déposer, selon la même procédure, les projets s’inscrivant dans les orientations de la Stratégie Territoriale de Sécurité et de Prévention de la Délinquance de la Communauté urbaine du Grand Reims.

Les projets devront répondre aux orientations prioritaires suivantes :

  • l’aide aux victimes et lutte contre les violences, notamment les violences faites aux femmes.

Au niveau départemental et de l’agglomération rémoise, les chiffres des violences intra familiales restent à un niveau élevé et préoccupant. Il existe une multitude de situations ne donnant pas lieu systématiquement à des dépôts de plainte, ce qui nécessite de développer l’accompagnement physique des victimes pour les (ré)introduire dans le parcours médical, social et judiciaire.

  • la prévention de la radicalisation
  • la prévention sociale et éducative dont les jeunes exposés à la délinquance
  • la prévention situationnelle/tranquillité publique
  • l’action judiciaire et les mesures de réparation