144* communes unies par les liens du mariage

La communauté urbaine du Grand Reims est devenue une réalité le 1er janvier 2017. Un tournant institutionnel fiscalement indolore pour les citoyens et qui apportera à chacun un niveau de service au moins égal à celui d’aujourd’hui.

Type d'évènement

Vie communautaire

Date

Description

La dernière réunion plénière des maires du Grand Reims, qui s’est déroulée le 26 novembre à la maison commune du Chemin Vert, a permis de préciser les contours de la future communauté urbaine. Non pas d’un point de vue géographique, puisque l’on en connaît depuis plusieurs mois le périmètre, mais sur le plan de ses finances notamment. Un peu plus de 200 millions d’euros de recettes sont prévues sur le premier exercice, provenant pour 51% de la fiscalité. Un mécanisme de neutralisation entre les communes et la communauté urbaine évitera aux contribuables de voir leurs impôts locaux augmenter. « Il n’y aura ni perdants, ni gagnants », ont martelé tour à tour l’exécutif rémois ou encore Yves Détraigne, président de la communauté de communes de Beine Bourgogne et sénateur-maire de Witry-lès-Reims.

Transfert de compétences

Les dépenses de fonctionnement, quant à elles, atteindront 163,4 millions d’euros, dont 30% pour les charges de personnel. L’investissement tournera autour de 70 millions d’euros en moyenne par an. « Derrière ces chiffres, il y a de l’emploi et du développement économique pour les entreprises locales, qui continueront à travailler avec nos collectivités », souligne Arnaud Robinet, député-maire de Reims. L’importance des montants résulte du transfert au Grand Reims des compétences assumées jusqu’alors par les communes et les anciennes communautés : voirie, eau et assainissement, scolaire, urbanisme…

Premier conseil communautaire le 9 janvier

Lors de la réunion du 26 novembre, une proposition de charte de gouvernance a été présentée. Votée à l’occasion du premier conseil communautaire du 9 janvier, cette charte fixe un certain nombre de principes, à l’image d’un renforcement de l’échelon intercommunal au service du développement de l’ensemble du territoire, dans le respect du rôle et des décisions des maires et des communes. Les communes disposeront notamment d’un droit de veto pour empêcher qu’une décision les concernant ne soit prise contre leur gré. Le nouveau conseil communautaire comprendra 206 élus, dont 59 délégués rémois (l’intégralité du conseil municipal). Le bureau communautaire, chargé des affaires courantes, se composera de 60 membres, dont 25 issus de Reims Métropole. À noter que le président du Grand Reims sera élu le 9 janvier, tandis que le premier budget de la communauté urbaine sera voté d’ici fin mars.

*Les communes de Bourgogne et Fresne- lès-Reims ont récemment fusionnés. Le nombre exacte de communes est désormais de 143.