Regards croisés pour construire une stratégie partagée

Après les Assises de l’attractivité en février dernier, l’acte 2 de la stratégie d’attractivité est lancé ! La démarche collaborative se poursuit pour atteindre les objectifs fixés par le Projet de territoire.

Attractivité

Les atouts et les axes de progression du territoire composé par les 143 communes du Grand Reims ont été présentés par le cabinet Sennse, spécialisé en marketing territorial, lors de l’événement fondateur qui a
rassemblé les acteurs et décideurs locaux. Catherine Vautrin, Arnaud Robinet et les élus du Grand Reims ont partagé avec les 900 participants réunis au Centre des congrès le 23 février, un constat lucide et argumenté sur le territoire de la Communauté urbaine créée en 2017. Si des forces ont été revelées, comme la qualité de vie qui fait de Reims la 3e ville la moins stressante de France, de nombreuses opportunités d’amélioration ont aussi été identifiées.

Le constat ?
Le manque de notoriété des atouts du territoire, au-delà des deux totems que sont la cathédrale et le champagne, la nécessité de mieux affirmer et valoriser notre fierté d’appartenance et le renforcement des coopérations et collaborations entre toutes les forces vives, par exemple, font partie des défis à relever. Pour permettre au Grand Reims de franchir collectivement un nouveau cap, place désormais à la construction
d’une stratégie de développement permettant d’accompagner cette révélation.

Acteurs de tous horizons réunis
Animé par la Mission attractivité, un groupe de 70 représentants des forces vives, constitué majoritairement d’acteurs économiques, culturels et universitaires, travaille de manière collaborative. Ils se réunissent  très régulièrement pour partager, échanger, identifier des cibles prioritaires : quel type d’événement attirer sur le territoire ? Quelle entreprise faire venir ? Quel talent maintenir et retenir ? La diversité des profils interrogés fait la force de la démarche.

Ils donnent leur avis

Créer une stratégie fédératrice pour dynamiser le territoire et attirer les jeunes : c’est l’un des points soulevés par Crystal Cordell Paris et Alexandre Da Silva, deux des acteurs engagés pour renforcer l’attractivité du Grand Reims.

Alexandre Da Silva Co-fondateur de l’agence de communication Koul
Du diplômé en passant par le jeune cadre, il faut davantage impliquer et attirer la jeunesse. La proposition universitaire est un de nos atouts, mais il y a une fuite des compétences vers d’autres villes en post-études. Moi-même une fois diplômé, je suis parti sur Paris avant de revenir à Reims pour créer mon agence. C’est là que je me suis rendu compte que le manque d’opportunité était une idée reçue. De  nombreuses entreprises sont à la recherche et peinent à attirer des jeunes talents ou des cadres. Ils sont pourtant dans nos écoles rémoises, il faut leur donner envie de rester.

Crystal Cordell Paris Directrice de Sciences Po, Campus de Reims
Un habitant sur six à Reims est en études. Il y a un réel axe de travail sur l’attractivité étudiante, la connexion entre les établissements et sur le parcours post-diplôme. Nos programmes s’inscrivent dans un ancrage territorial et dans l’ouverture au monde. En ce sens, le Grand Reims possède des atouts pour nos étudiants internationaux venant vivre deux années marquantes. La qualité de vie est indéniable, la région est un laboratoire historique à ciel ouvert, et l’enseignement supérieur à la pointe de l’innovation et de l’excellence. Nous devons faire rester ou revenir les jeunes diplômés. La proximité avec Paris ne doit pas être vue comme un frein mais plutôt un avantage pour développer le tissu économique.

Dernière mise à jour : 27 mai 2022

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?