Un service public à la hauteur du Grand Reims

Compétente pour la gestion de l’eau et de l’assainissement, la Communauté urbaine choisit d’investir pour conserver des réseaux performants et de mutualiser certains ouvrages dans une optique de rationalisation et de maîtrise des coûts.

Type d'évènement

Eau - Assainissement

Il fut un temps où l’eau potable coulant du robinet et l’évacuation mécanique de nos eaux sales passaient pour des petits miracles. Ces facilités qui sont aujourd’hui considérées comme normales impliquent que les points d’alimentation en eau, les canalisations, les ouvrages soient constamment maintenus en bon état de fonctionnement. C’est au Grand Reims qu’il appartient depuis 2017 de prendre soin des réseaux d’eau et d’assainissement, depuis les captages jusqu’aux stations d’épuration, pour rendre le meilleur service aux abonnés. « Comme dans toutes les collectivités, précise Francis Blin, viceprésident du Grand Reims chargé de l’Eau et de l’assainissement, l’eau du Grand Reims est pompée dans la nappe ou captée à la source, acheminée vers des réservoirs puis distribuée aux usagers avec le souci de la protection préventive de la ressource en eau dans le respect des équilibres naturels. Puis cette eau est rejetée dans des réseaux afin d’être transportée vers des sites d’épuration collectifs ou individuels pour être traitée avant de rejoindre le milieu naturel superficiel. Derrière cecheminement se cache un patrimoine colossal (voir encadré) à gérer, à entretenir et à renouveler, en s’appuyant sur des ressources humaines performantes. »

30 M€ D’INVESTISSEMENTPAR AN

Tenu d’assurer sur le long terme la disponibilité en quantité d’une eau de qualité, la préservation des milieux aquatiques et la prévention des inondations, le Grand Reims prévoit des investissements importants jusqu’en 2021, à hauteur de 17 M€ par an en assainissement et de 13 M€ par an en eau potable. Pour chaque projet étudié, la collectivité recherche le scénario économiquement et techniquement le plus adapté. Ainsi, les communes de Chenay, Merfy, Trigny seront alimentées par les captages situés à Auménancourt et Avaux pour recevoir une eau de meilleure qualité. Pour Romigny et Tramery, un traitement est à l’étude. Pour assurer une épuration plus performante de leurs eaux usées, Saint-Thierry et Merfy ont été raccordées en 2017 à la station d’épuration de Reims.

Thil et Pouillon pourraient les rejoindre. Fismes, Hermonville, Betheniville ont bénéficié d’une nouvelle station d’épuration et la construction d’un ouvrage desservant Chambrecy-Ville-en-Tardenois est en projet. Les communes de Courville, Mont-sur-Courville et Lavannes passent à l’assainissement collectif, bientôt suivies par Bourgogne-Fresne et Saint-Gilles. Si un nouveau réservoir en eau potable a été construit à Warmeriville, il est prévu de réhabiliter ceux d’Auménancourt, Berméricourt et Vandeuil. Concernant les réseaux d’eau, les canalisations d’adduction entre Rilly-la-Montagne et Mailly-Champagne (6 km), entre Couraux et Fléchambault (6 km), entre les Mesneux-Villedommange et Sacy (1,5 km) ont été renouvelées.

UN PRIX DE L'EAU COMPÉTITIF

L’entretien courant, les interventions d’urgence, le renouvellement, les investissements : tout cela a un coût. « Le prix payé par les usagers contribue au financement de notre service public d’eau et d’assainissement efficace 7 jours/7 et 24h/24 et assure la pérennité du patrimoine collectif du Grand Reims », rappelle Francis Blin. Les tarifs de l’eau, qui affichaient des niveaux différents entre les territoires avant 2017, sont inchangés depuis la création du Grand Reims. Pour une facture de 120 m3 à l’année, le montant moyen HT du m3 peut aller de 1,08 € à 3,27 € en eau potable et de 0,94 € à 3,17 € en assainissement (collectif).

Les variations sont principalement liées aux contrats passés avec les  délégataires et aux investissements mis en oeuvre. Quoi qu’il en soit, ces tarifs situent le Grand Reims en deçà de la moyenne nationale (3,98 € en 2014) et de la moyenne européenne (4,01 € en 2016). Dernière comparaison utile, l’eau bue au robinet coûte considérablement moins cher que l’eau en bouteille : 1,70 € par habitant et par an contre 110 € en moyenne. Sans compter que l’eau du robinet ne génère aucun déchet, est un produit local sans emballage, sans transport, et disponible 24h/24 à la maison.