Une nouvelle station d'épuration à Bétheniville : une bonne nouvelle pour la Suippe

Inaugurée le 6 mars prochain, la nouvelle station d’épuration de Bétheniville apporte des progrès importants dans la capacité comme dans la qualité de traitement des eaux usées de la commune.

Type d'évènement

Grand Reims

La  Suippe est une rivière qui naît à Somme-Vesle pour rejoindre l’Aisne à Condé-sur-Suippe. Elle fait l’objet d’un suivi de qualité physico-chimique par l’Agence de l’Eau Seine Normandie, en amont et en aval de Bétheniville. Si les résultats étaient bons ces dernières années sur la plupart des paramètres mesurés et respectaient les objectifs fixés par le Schéma départemental d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE), il restait des marges de progression sur des polluants comme les nitrates ou le phosphore dont la densité était de nature à fragiliser le cours d’eau. Raison pour laquelle l’ex-Communauté de communes, relayée depuis 2017 par la communauté urbaine du Grand Reims, a lancé la construction d’une nouvelle station d’épuration chemin des Vaches à Bétheniville, en lieu et place de l’ancienne qui était au maximum de ses possibilités. Les services du Grand Reims ont piloté les études d’exécution à la suite du travail réalisé par un bureau d’études en 2016. 

Conforme aux normes
La récente mise en service du nouvel équipement, associé à la rénovation complète du poste de relevage des eaux usées rue Martelet, permet aujourd’hui d’améliorer très sensiblement la qualité des rejets dans la Suippe et de se conformer aux normes et aux objectifs réglementaires grâce à un processus de traitement moderne, plus complet et performant. Les eaux usées de la commune, acheminées sur le site, connaissent une première opération de dessablage-dégraissage qui écarte les déchets volumineux et les sables et graviers. Elles passent ensuite dans un bassin d’aération et un clarificateur qui s’attaque à la pollution carbonée et azotée (nitrification et dénitrification) et subissent un traitement particulier du phosphore à l’aide d’ajout de chlorure ferrique. La station est également équipée d’une table d’égouttage pour l’épaississement des boues issues des différentes étapes d’épuration, lesquelles séjournent ensuite dans une zone de stockage avec silo d’une capacité de 750 m3, avant d’être valorisées en agriculture. 

Une station "invisible"
Un système de désodorisation et des capots d’insonorisation placés sur le moteur des turbines et sur le ventilateur d’extraction d’air vicié ont été intégrés pour réduire à néant les nuisances auxquelles auraient pu être exposés certains Bethenivillois, du fait de la proximité de leurs habitations. Le choix d’implantation, le caractère compact des installations et les efforts d’insertion paysagère, avec notamment des arbres au feuillage permanent sur la face nord, rendent la station la plus invisible possible. En plus d’assurer une meilleure dépollution des eaux usées, la STEP de Bétheniville dispose aujourd’hui d’une capacité de traitement supérieure à l’ancienne  : 1 820 équivalents/habitants (contre 1 200 précédemment). Elle peut absorber un débit journalier de 475 m3 et un débit de pointe horaire de 56 m3 par temps de pluie. Ce dimensionnement tient compte de l’augmentation de la charge polluante et hydraulique que l’évolution démographique de la commune devrait entraîner d’ici 15 à 20 ans. D’un montant global de 1,4 million d’euros, l’opération a été financée par le Grand Reims, l’Etat et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie.