Zéro phyto pour les particuliers

Après les collectivités, c’est au tour des jardiniers amateurs de devoir se passer des produits phytosanitaires. Cette nouvelle réglementation, en vigueur depuis le 1er janvier, vise à préserver l’environnement en encourageant le recours aux solutions alternatives.

Type d'évènement

Développement Durable

Les particuliers ont désormais l’interdiction d’acheter, d’utiliser et de stocker des produits phytopharmaceutiques. Pour autant, il est toujours possible d’acheter des produits issus de l’agriculture biologique, identifiables grâce au logo AB. Le respect de cette réglementation repose sur le civisme de chacun afin de mieux protéger les sols et la ressource en eau, ainsi que la biodiversité qui y vit.

Le Grand Reims a sensibilisé les habitants à ces évolutions à travers plusieurs ateliers dans une jardinerie, en 2017 et 2018. Des ateliers sur les aires d’alimentation de captage en eau ont également été organisés, pour informer, conseiller et initier aux bonnes pratiques comme le paillage ou le désherbage mécanique. Le Grand Reims est lui-même concerné par cette démarche car, depuis 2017, les collectivités n’ont plus le droit d’utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des trottoirs, des abords des écoles ou encore des promenades.

Une liste à laquelle font encore exception, pour l’heure, les terrains de sport et les cimetières. Le recours à ces pesticides chimiques reste toutefois très encadré : les agents doivent obtenir une certification, renouvelable tous les cinq ans, pour avoir le feu vert des fournisseurs. Ce laissez-passer concerne aussi certains professionnels à l’image des paysagistes.