Le Saviez-vous ? Histoires et anecdotes

Aux quatre coins du territoire, le Grand Reims regorge d’une multitude d’anecdotes insolites que les amateurs d’Histoire et de la « Petite histoire » sauront savourer. Afin de ne pas passer à côté, tout en prenant le temps de découvrir les plus beaux points de vue et les plus belles bâtisses, l’Office de tourisme a concocté une série de micro-aventures à réaliser aussi bien seul qu’en couple, en famille ou entre amis…

Rendez-vous à l’Est


Imposante sépulture de 18 m sur 10, construite entre 1898 et 1914 par une riche veuve du village à la mémoire de son époux adoré, le mausolée Faynot domine le cimetière communal de Bourgogne-Fresne. Si l’aspect extérieur est relativement sobre, son intérieur s’avère somptueux : une succession de marbres précieux ornant ses murs, 175 m² de mosaïques couvrant ses voûtes où les tesselles à la feuille d’or se mêlent harmonieusement à la subtilité des nuances colorées, ses vitraux floraux, le tout entourant une imposante statue en marbre de Carrare du juge Faynot, semi-allongé.

À quelques kilomètres de là, le village disparu de Nauroy ainsi que l’église de Dontrien seront deux étapes à ne pas manquer dans votre périple à l’Est du territoire. Le parcours pourra se poursuivre à travers le village d’Heutrégiville, tirant son nom d’un franc venu de Germanie, Huldéric. Ce dernier était un ami de l’archevêque Saint-Remi de Reims, qui lui vendit le territoire de l’actuelle commune. L’occasion de parcourir l’église Sainte-Marie-Madeleine qui renferme les plus anciens fonts baptismaux de la Marne. L’église de Boult-sur-Suippe est un monument remarquable du Moyen Âge, classée au titre des Monuments Historiques depuis le 30 juillet 1920. Elle comprend une nef romane, un transept avec tour centrale et un chevet du commencement du XVIIIe siècle. Plus improbable : vous trouverez en cherchant bien un apôtre, dont l’attribut est un serpent… La façade occidentale de l’édifice a été refaite en ce même siècle et le reste consolidé et embelli au cours du XIXe .

Tous au Sud !


Saviez-vous que c’est à Champfleury que vous pourrez observer le plus ancien porche d’église romane du Grand Reims ? La paroisse de la commune a su, pendant longtemps, conserver comme seigneurs et décimateurs les religieux de Saint-Remi de Reims. L’édifice est d’ailleurs bâti sur un plan basilical.

Une fois la visite achevée, direction l’église Saint-Pierre de Chamery, pourvue du plus haut clocher du département, culminant tout de même à 57 m ! Elle date, pour les parties les plus anciennes, du XIIe siècle et pour les plus récentes du XVe siècle. Cependant l’église renferme des objets plus modernes, notamment des toiles du XVIIIe et du XIXe siècles. L’édifice a été classé au titre des Monuments Historiques le 10 décembre 1919. Si son église est à elle seule une bonne raison de se rendre à Chamery, l’ensemble du village mérite aussi qu’on s’y attarde. La commune fait en effet partie des villages fleuris à quatre fleurs et profite d’un point de vue remarquable sur la chapelle Saint-Lié de Villedommange. En redescendant vers la cité des Sacres, optez pour une petite étape au sublime château de Sacy pour une petite escapade entre terroir et gastronomie.

 

Regard à l’Ouest


Et si vous faisiez un petit crochet par l’église Saint-Nicolas de Lhéry ? Celleci est l’une des plus atypiques du Grand Reims avec sa nef plafonnée, ses piliers maçonnés carrés, son vaisseau central plus large que les collatéraux, mais aussi son portail occidental, sans oublier, la base du clocher et le mur de la chapelle sud qui se démarquent largement des édifices de ce type. L’église est classée au titre des Monuments Historiques par arrêté du 3 octobre 1921.

Dans le village voisin, les halles de Lagery, datant du XVIe siècle, abritaient un marché de grains et de bestiaux. Elles furent classées au titre des Monuments Historiques le 30 janvier 1922 et restaurées dans la première décennie du XXIe , ainsi que le lavoir qui leur est associé.

Arcis-le-Ponsart réserve de nombreux trésors… Son église Notre-Dame, tout d’abord, possède une nef romane, des bas-côtés et des voûtes, ainsi qu’une élégante abside polygonale. Elle s’appuyait sur les murs du château féodal aujourd’hui disparu, mais dont il reste une échauguette et quelques murs. En outre, située à proximité du village, l’abbaye cistercienne Notre-Dame d’Igny fut fondée par l’archevêque de Reims Rainaud II de Martigny. Détruite par les troupes allemandes en 1918, elle fut reconstruite en 1927-1929 et confiée à des moniales cisterciennes.

Figurant comme l’un des villages les plus à l’Ouest du Grand Reims, Courville comporte de son côté une jolie église nommée Saint-Julien. Construite entre le XIe et le XIIIe siècle, elle est surmontée d’une haute tour romane. Actuellement couverte par une voûte de 1895 qui a remplacé un plafond en bois, la bâtisse religieuse fut classée au titre des Monuments Historiques en 1920.

Infos et adresses

Retrouvez toutes les infos et adresses directement sur les trois sites de l’Office de tourisme du Grand Reims :

ou sur reims-tourisme.com

La découverte sous nos fenêtres

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?..