La bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle

La bioraffinerie de Bazancourt–Pomacle : un des exemples les plus aboutis de bioraffineries à l’échelle européenne.
Bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle

La bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle regroupe sur ces deux communes les industries de la bioraffinerie, la plate-forme d’innovation dénommée « Bioraffinerie Recherches et Innovations » (BRI) comprenant notamment des équipes de recherche privées (ARD) et publiques :

•    La Chaire de Biotechnologie de CentraleSupélec
•    La Chaire d’enseignement et de recherche en Agro Biotechnologies Industrielles d’AgroParisTech
•    La Chaire de Bioéconomie industrielle portée par NEOMA Business School
•    La chaire AFERE (Agro-ressources FERmentation Enzymes) de l'Université de Reims Champagne-Ardenne

Ces Chaires sont localisées au Centre Européen de Biotechnologie et de Bioéconomie (CEBB) dont l’inauguration scientifique a eu lieu le 1er décembre 2016 à Pomacle.

La Région Grand Est est en position de leader dans le domaine de la bioraffinerie, des agrocarburants, des molécules d’intérêt et des matériaux biosourcés produits grâce aux biotechnologies industrielles.
Les biotechnologies industrielles consistent en l’emploi de systèmes biologiques (levures, bactéries) pour la fabrication, la transformation ou la dégradation de molécules dans un but industriel. Elles sont utilisées dans un souci de performance économique et environnementale (substitution aux produits issus du pétrole).

La recherche agro-industrielle française, principalement basée à la bioraffinerie de Bazancourt-Pomacle, est destinée à générer un développement économique à partir des ressources agricoles du territoire, favorable à l’environnement, en lien avec le Pôle de compétitivité à vocation mondiale "Industries & Agro-Ressources" (IAR) porté par les Régions Grand Est et Hauts-de-France.

Cette page a-t-elle répondu à vos attentes ?

En chiffres

  • Implantation sur 260 hectares
  • 1 200 emplois directs sur site
  • 1 000 emplois indirects sur le bassin rémois
  • 4 millions de tonnes de biomasse transformées chaque année

Pour aller plus loin